Même confiné, un escrimeur ne cesse jamais de l'être